Rite Français

Le Rite Français (R.F.) est pratiqué à la Grande Loge Mixte de France sous ses différentes formes : Rite Français Groussier, Rite français 1785-1786, Rite Français Moderne ou Régulateur 1801, Rite Français 1818, Rite Français Philosophique.

L’histoire du Rite Français va surtout subir l’influence des changements politiques et philosophiques de notre histoire. La maçonnerie est une « co-élaboration franco -anglaise » (Ludovic Marcos), et le Rite Français est resté fidèle aux fondamentaux.

Par sa spécificité il présente un fond philosophique et progressif. Le combat qu’il a mené c’est l’émancipation de l’homme dans la société.

Par son ouverture, à l’exemple des Lumières, le Rite Français autorise l’homme à apprendre à devenir libre, à se servir de son intellect, de sa pensée évolutive, de sa perspicacité et de sa logique, et donc de s’adapter à l’évolution des mœurs et des politiques. C’est pour cela qu’il a progressivement admis les femmes. Les maçons du rite français se prennent en charge, s’émancipent de toute tutelle divine.

La liberté de conscience et la laïcité, ses lettres de noblesse, ont permis à chacun de vivre dans le moment, d’en faire l’analyse, d’exprimer ses pensées avec la liberté d’expression qui lui est reconnue en loge. La parole profane ne lui est pas imposée. C’est pour cela qu’il lui est difficile de s’affranchir du contexte historique, ses membres étant confrontés aux enjeux contemporains. Et c’est pour cela que nombre de maçons se sont mis au service de la Cité et de l’État qu’il soit monarchique, impérialiste ou républicain.

Parce qu’il est la suite du long combat de l’être humain pour son émancipation, pour sa liberté, pour la reconnaissance de soi en l’autre, pour son absence de renvoi aux confessions, le rite français se situe au-delà même d’un Rituel.