Un monde parfait

Accueil / Éditos / Un monde parfait
Nous contacter Nous rejoindre

En discutant avec une Sœur Apprenti dans mon atelier, elle me dit :

En discutant avec une Sœur Apprenti dans mon atelier, elle me dit :

– « J’aime bien l’éditorial du site de la GLMF, mais il est toujours très sérieux, très grave… »

– « C’est vrai, mais c’est ainsi le plus souvent la vie, et puis, n’est ce pas le but que d’interpeller ? »

 

Néanmoins et comme nous approchons de la nouvelle année, j’ai fait un rêve …

9h00, Le réveil se déclenche doucement et me sort gentiment de mon hibernation par une musique classique que j’aime tant. J’ai passé une nuit reposante de huit heures de sommeil.

Dehors il fait très beau, pas trop chaud. Les oiseaux discutent entre eux sur l’avenir de leur progéniture. Un avion traverse le ciel sans un bruit…

Mon petit déjeuner est prêt.

Je sens la bonne odeur du pain grillé et du café avec de la mousse, juste comme il faut.  Je me pose la question de savoir si je vais un peu trainer au lit, voire prendre mon plateau ou simplement me lever et me mettre à table avant ou après m’être lavé.

Choix difficile en effet !…

Je pense à la tenue de ce soir où il n’y aura pas d’absents même si nous sommes pendant les congés scolaires. Tout le monde sait que la F\-M\ est un engagement, pas un club philo.

Je grimpe dans mon automobile qui démarre au quart de tour. Pas un bruit, pas une fumée. Extraordinaire ces nouveaux moteurs qui ne polluent pas.

Après dix minutes de trajet sans encombres, sans râleurs, sans chauffards et sans gendarmes, d’ailleurs il n’y en a plus besoin, j’arrive sur les lieux de mon travail.

Mon patron m’attend avec le sourire.

– « Excusez mon retard »

-« Ce n’est pas grave, le temps ne compte pas. Au fait je voulais vous proposer une augmentation et une diminution du temps de travail : la semaine de 20 heures. »

– « Je ne sais pas si je dois, cela fait trois fois ce mois ci »

Et puis mes collègues et mes patients sont tellement gentils, aimables.

 

Je vais boire un café et j’allume la radio pour écouter les informations : rien d’extraordinaire dans le monde à part quelques mariages princiers de ci de là, quelques anniversaires…

Enfin des médias objectifs et qui ne vont pas dans la pensée unique.

Des médias qui relatent les faits tels qu’ils se sont produits, sans note partisane ou goût du sensationnel et de l’indice d’écoute.

Des médias qui n’influencent pas notre pensée qui, de toute façon, sait garder la distance nécessaire.

Plus de catastrophes dans le monde ayant entrainé des conséquences humaines épouvantables.

Pas de pollution au CO2, de couche d’ozone, de réchauffement, de nucléaire.

Plus de maladies, d’amiante, de plomb, de goudron, de prothèses douteuses.

Plus d’argent roi qui devient le but et non le moyen,

Plus d’usine qui ferment,

Pas de spéculation en particulier sur les denrées alimentaires notamment dans les pays pauvres et donc pas de famine.

Pas de Crise ou alors de rire…

Que des politiques intègres et honnêtes qui ne s’occupent que de l’intérêt de leurs électeurs et non du résultat des élections ou de leur égo ou de leur porte monnaie.

Plus de course à la consommation et à l’éternelle croissance ou seulement celle des arbres et des enfants qui grandissent. Enfants sages bien entendu, pas de « Tanguy » ou d’enfants soldats.

Plus de guerres même « propres » et donc pas de dégâts collatéraux.

Plus de bateaux surchargés de « migrants » qui fuient la guerre et la misère au péril de leur vie, pour être souvent reçus dans des bidonvilles insalubres.

Plus de terroristes « désespérés qui utilisent l’arme du pauvre » pour tuer des enfants qui jouent. En tous les cas, pas de recherche d’explication à un geste lâche et ignoble car expliquer c’est un peu excuser.

Pas d’alcool et de drogue plus ou moins molle.

Plus de maltraitance animale en laboratoire ou dans certains abattoirs. D’ailleurs plus personne ne consomme de viande.

Plus d’assistés ou d’éternels ados.

Plus d’écrans qui  servent à masquer la réalité.

Plus de course à l’éternelle jeunesse, au lifting et à je ne sais quelle prothèse.

Plus de racisme car nous avons symboliquement Adam comme ancêtre commun et le même sang. Rouge. Le hasard du lieu de naissance.

Plus de race supérieure ou de volonté hégémonique.

Plus de murs même si ceux-ci n’enferment toujours pas ceux que l’on pense.

Plus de femmes qui se dénudent pour faire entendre leurs revendications.

Plus d’êtres humains qui vendent leur corps et leurs organes, pas de ventres à louer.

Plus de mort dans la souffrance et la solitude, mais une fin de vie digne entourée d’amour et de respect.

Enfin des êtres humains responsables qui assument leurs actes, leurs faiblesses et leurs erreurs sans désigner un quelconque bouc émissaire au nom de je ne sais quel complot, peut être judéo maçonnique. Passer du ON au JE.

 

6h00, le réveil fait retentir son abominable sonnerie pour me sortir d’une nuit agitée. Dehors il pleut, un avion déchire le silence.

Je me lève douloureusement pour préparer mon café.

Mais ce monde existe peut être, tout dépend de notre regard ?

Et puis la F-M n’est elle pas là pour construire un Temple pour une humanité meilleure.

   Guy Lecourt  15/12/2016