Commune présence

Accueil / Éditos / Commune présence
Nous contacter Nous rejoindre

« Tu es pressé d’écrire
Comme si tu étais en retard sur la vie
S’il en est ainsi fais cortège à tes sources
Hâte-toi
Hâte-toi de transmettre
Ta part de merveilleux de rébellion de bienfaisance
Effectivement tu es en retard sur la vie
La vie inexprimable
La seule en fin de compte à laquelle tu acceptes de t’unir
Celle qui t’es refusée chaque jour par les êtres et par les choses
Dont tu obtiens péniblement de-ci de-là quelques fragments décharnés
Au bout de combats sans merci
Hors d’elle tout n’est qu’agonie soumise fin grossière
Si tu rencontres la mort durant ton labeur
Reçois-là comme la nuque en sueur trouve bon le mouchoir aride
En t’inclinant
Si tu veux rire
Offre ta soumission
Jamais tes armes
Tu as été créé pour des moments peu communs
Modifie-toi disparais sans regret
Au gré de la rigueur suave
Quartier suivant quartier la liquidation du monde se poursuit
Sans interruption
Sans égarement
Essaime la poussière
Nul ne décèlera votre union. »

René Char, commune présence, in Le Marteau sans maître

« Par un mot tout est sauvé. Par un mot tout est perdu », écrivait le poète*.
Régulièrement annoncé, régulièrement différé, le discours du Président de la République sur la laïcité se fait attendre, tel Godot.
Dans cette version contemporaine du « Désert des tartares », les paroles du chef de l’Etat sont donc guettées avec une particulière acuité, particulièrement lorsqu’elles sont prononcées dans un dîner auquel sont conviés les Grands Maîtres et Grandes Maîtresses des principales Obédiences maçonniques.
C’est dans ce contexte que le Président de la République a réaffirmé l’existence d’un « lien » entre les cultes et l’Etat : « toute séparation implique un lien », selon notre hôte élyséen. Des esprits chagrins pourraient souligner que l’argument relève davantage du sophisme que de la démonstration.
La laïcité est une matière vive, dans toutes les acceptions du terme.

C’est un produit culturel, parfois brûlant, toujours vivant, qui ne se laisse jamais enfermer et fournit aux femmes et aux hommes les outils pour explorer de nouveaux horizons, et conquérir de nouveaux champs.
La laïcité est, avant toute chose, un principe d’organisation.
Pour autant, ce principe est sous-tendu par quelque chose qui le dépasse, par une certaine relation au monde, « non pas une doctrine, mais une manière hardie de juger toute doctrine », comme l’écrivait Alain.

Une mise à distance, au service du doute, de l’esprit critique, et de l’émancipation.

Permettre cette mise à distance relève des devoirs impérieux de l’Etat à l’égard de tous les citoyens, qui sont égaux en droit devant lui, qu’ils soient croyants, agnostiques ou athées.

Pour porter une belle et grande leçon d’espérance : rassembler tous les ennemis de l’injustice, qui ont si longtemps été habilement divisés.

Si la laïcité est un glaive, alors fourbis ton arme et non point ta haine, et viens fortifier la grande chaleur fraternelle.

Edouard Habrant, le 18 septembre 2018

 

* André Breton