« La chute »

Accueil / Éditos / « La chute »
Nous contacter Nous rejoindre

Et le Créateur dans tout cela ? Et l’âme ?
De quoi faire douter ceux qui croient ? Les autres !…

La vie s’écoule normalement avec sa part de bonheur parsemée d’embûches et quelque fois de grands malheurs comme la perte d’un proche, de ses parents, d’un enfant. Horrible. Et qui laisse définitivement un vide, un manque.
Mais c’est la vie. L’homme est né mortel et il le sait. Sa grandeur est de rester debout et d’avancer à tout prix quoiqu’il arrive.
Enfin …
Et puis c’est l’entrée en Maçonnerie à la recherche d’un sens à cette existence. Appelons ça la Vérité ou plutôt la Lumière chez nous.
Se poser des questions qui n’attirent pas de réponses mais plutôt d’autres questions, et cela sans cesse. Une remise en question permanente et parfois déstabilisante, dérangeante, difficile !
Bref, avancer, rester dans l’action, dans le mouvement.
La Maçonnerie a ce pouvoir de fournir les outils nécessaires à ce travail mais à condition de les utiliser et non de les regarder pour se mirer. Le miroir…
Chacun avance doucement sur ce sentier avec une croyance ou non suivant les moments, en un principe créateur.
L’homme possède en lui une étincelle de lumière, j’en suis certain. Il doit travailler sur lui pour éliminer toutes ses scories et atteindre cette partie intime. Le combat est difficile ; la bête est tenace, toujours à l’affut d’une faiblesse, d’une faille. Saleté d’égo !
Il y a longtemps que je sais que nous ne pouvons pas vaincre nos passions et qu’il vaut mieux les dompter et les utiliser pour avancer.
Il y a longtemps que je sais que le libre arbitre n’existe pas et que nous ne sommes que le fruit de notre environnement, de notre éducation, de notre façon d’aborder une situation.
La personnalité de chacun n’est qu’une construction fragile mais pleine de certitudes et fabriquée de matériaux donnés à l’avance sans choix véritable.
Ce n’est pas grave, il faut faire avec et marcher.
L’esprit domine la matière ; le corps ne représente que le véhicule de cette petite lumière dont il est distinct. La partie animale en quelque sorte.
Je suis certain que l’esprit peut dominer cette matière, certes avec du travail, mais il peut y arriver et rompre les ponts.
Et puis boum ! Tout s’écroule.
Découverte d’une pathologie comme on dit dans les milieux bien informés.
Seul le corps est malade certes, mais la machine toussote, ralentit ou s’emballe, perd de sa superbe. Plus rien ne compte ou si peu, ou seulement soi.
La vie ne tourne plus qu’autour de ce corps qui souffre. Adieu les belles théories.
Même le caractère change et pour peu qu’il y ait un problème d’hormone…
Nous voyons que finalement notre corps n’est pas seulement le véhicule de nos pensées et de nos émotions car il est directement lié à la production de ces hormones et des médicaments ou autres drogues administrés légalement ou non.
Manque d’hormone, gros dodo, perte de mémoire…
Trop d’hormone, grosses colères et manque de sang froid…

De quoi se poser de nombreuses questions sur l’existence d’une personnalité réelle et indépendante, déjà complètement modelée par l’environnement.
Et le Créateur dans tout cela ? Et l’âme ?
De quoi faire douter ceux qui croient ? Les autres !…
Ne serions nous que des animaux plus ou moins évolués et prêts à sauter sur tout ce qui bouge ?
Voilà une question supplémentaire et de taille celle là.
Je la laisse à votre réflexion et votre sagacité.
Je ne suis plus certain de rien.

Guy Lecourt le 4 mars 2018